Être créatif, Pourquoi pas Vous ?

Certaines personnes pensent qu’être créatif est un talent insaisissable, qui n’est pas donné à tout le monde. La vérité est que tout le monde est créatif. Chacun de nous est pourvu de la capacité à imaginer et visualiser des scénarios basés sur les souvenirs, les sens.

Alors, pourquoi pas vous? Et si vous partiez à la rencontre de votre potentiel créatif?


.

Créativité et potentiel universel

Au sein de son dictionnaire, Larousse identifie le fait d’être créatif par quelqu’un : « Qui est capable d'inventer, d'imaginer, de réaliser quelque chose de nouveau ou d'original. » Cette définition dégage instinctivement une démarcation dans notre esprit entre ceux qui sont créatifs et ceux qui en sont tout simplement incapables. La question qui vient alors naturellement à nous est la suivante : « Suis-je créatif ou non ? » La plupart des gens auront pour habitude de répondre par la négation tant ils n’ont jamais eu l’impression au cours de leur vie d’avoir cette étincelle imaginative qui paraît cependant évidente pour certains.

Cette petite voix qui murmure « Ce n’est pas pour toi. » peut avoir des racines profondes alimentant un processus d’auto-découragement bien souvent infondé. Ce n’est pas parce que vos parents ne vous ont pas mis au solfège que vous ne pourrez jamais faire de musique comme ce n’est pas parce que vous avez eu en dessous de la moyenne à votre devoir de français que vous ne savez pas rédiger. Ce sont deux exemples simplifiés qui illustrent pourtant les barrières psychologiques que l’on peut se mettre relativement à l’exploitation d’un potentiel dont on ignore l’existence, et ce dès la plus tendre enfance. Et c’est ainsi que des individus traversent leur vie entière sans oser mettre à profit leur potentiel artistique ou, le cas contraire, en cacher le résultat, persuadés que leurs créations ne représenteront aucun intérêt pour personne.

La vérité est que tout le monde est créatif. De nature. Chacun de nous est pourvu, dès la naissance, de la capacité à imaginer et visualiser des systèmes et scénarios plus ou moins complexes basés sur les connaissances et les souvenirs. Développer cette compétence résulte plus de la motivation et de l’ambition que de l’existence même du potentiel. C’est ainsi à l’individu de décider quelle place la création peut représenter dans sa vie et non pas de se demander s’il en a la capacité naturelle.

Les sens ou les piliers de la créativité

Cette créativité chez l’individu, elle passe en premier lieu par les sens. Chacun en dispose de 5 et de par ces capteurs sensoriels la créativité est nourrie, stimulée, encouragée et concrétisée dans la vie de tous les jours.

La Vue : Base de la pensée visuelle

La vue vient régulièrement la première à l’esprit lorsqu’on évoque l’importance des sensations chez l’être humain. C’est grâce à elle qu’on prend conscience visuellement de notre environnement, permettant alors de nous repérer dans l’espace qui nous entoure. L’individu peut observer et sauvegarder des images dans sa mémoire avec plus ou moins de précision. Ce sont ces images qui deviendront par la suite de la matière première pour l’imagination, partant généralement du connu pour organiser et créer dans ses pensées quelque chose d’original. La pensée visuelle est étroitement liée à ce qui a déjà été vu.

En l’occurrence, c’est grâce à la vue qu’on apprécie la beauté d’une peinture, d’une photographie ou d’une exposition, qu’on est happé par la grandeur des océans ou des montagnes et qu’on s’émerveille des couleurs de Florence. Nos souvenirs ont ainsi des visages et ces derniers nourrissent notre imagination. La vue devient alors moteur de créativité. La peinture, observée précédemment mêlée au souvenir d’un paysage marquant, peut nous en inspirer une autre. Toutes nos expériences visuelles sont ainsi susceptibles de se mélanger et de provoquer de multiples processus créatifs dont une grande partie découle d’un fonctionnement instinctif, ne nécessitant pas d’efforts ou d’attention particuliers.

Prenez les rêves par exemples. Ces derniers se manifestent via une pensée visuelle qui tire ses décors et ses personnages d’un assemblage amphigourique de souvenirs, de désirs, de frustrations, d’incohérences, de possibilités et donc d’imagination. Et comme l’a démontré l’étude menée par la professeure Isabelle Arnulf et le Centre de recherche de l’Institut du cerveau et de la moelle épinière, tout le monde rêve, avec plus ou moins de souvenir de l’expérience.

L’Ouïe : Expression et Ecoute

L’ouïe c’est d’abord ce que l’on entend. C’est la musique que l’on écoute, que l’on aime et qui nous fait voyager alors même que notre corps reste statique. Cette musique nous projette ailleurs, dans le passé, dans le futur, dans des situations qui se sont déroulées ou que l’on anticipe, et donc que l’on imagine. C’est la musique qui nous inspire et qui nous fait humer des airs qui ne correspondent à aucun autre car c’est nous qui venons de les créer.

C’est le chant des oiseaux, la sonorité de la nature en général, qui nous apaise et qui nous dessine une atmosphère que l’on peut être seul à ressentir, car largement empreinte de subjectivité. Cette atmosphère, c’est de la créativité.

Ce sont les dires des personnes que l’on rencontre, que l’on réentend lorsque l’on est seul ou qu’on imagine dire en fonction de leur personnalité. Ainsi, l’ouïe c’est aussi ce que l’on exprime. C’est la pierre angulaire de la communication chez l’Homme. Par la parole, nous créons tous les jours. Nous piochons dans les langages que nous maîtrisons pour agencer les lettres puis les mots afin de former des messages. Des messages qui peuvent être ponctués d’intonations, de rythmes et de volumes sonores différents qui en font des créations uniques que nous avons l’habitude de réaliser quotidiennement depuis que l’on a appris à parler. Des messages dialogués, lus, répétés ou chantés dans le seul but d’être entendu puis compris par l’interlocuteur.

Le Goût : Créativité pour l’autosatisfaction

La créativité au niveau de ce sens prend ses racines initialement à travers l’expérience de goûter un met. L’accumulation de ces expériences, positives ou négatives, donne ensuite les clefs pour déterminer ce que l’on aime ingérer ou non. A partir de ces constats, la créativité s’exprime à travers la cuisine que nous sommes prêts à réaliser afin de marier les goûts pour qu’ils forment un plat qui est supposé nous convenir. On imagine un mélange qui va nous plaire et on va tout mettre en œuvre pour le réaliser.

Cette créativité culinaire peut aller du simple suivi d’une recette, par exemple avec l’ajout arbitraire de sel, à l’élaboration de plats complexes faisant intervenir des expérimentations personnelles.

Le Toucher : Matérialisation de l’œuvre artistique

Le toucher c’est avoir conscience de la matérialisation de notre corps ainsi que des éléments physiques qui nous entourent. Autant la vue peut-être principalement considérée comme un sens réceptacle de créativité qui se nourrit de ce que l’individu voit, autant le toucher représente la concrétisation d’une réflexion artistique.

C’est ainsi à travers le prisme du toucher que les peintures, photographies, sculptures, livres, films, danses, spectacles (etc…) prennent vie. Le toucher réalise ce qui a été imaginé en amont. C’est grâce à ce sens que j’écris ces lignes et aussi grâce à ce dernier que vous avez manipulé l’outil (portable, ordinateur, tablette) par lequel vous les parcourez. Il s’agit ainsi du moteur principal de mise en application de l’esprit créatif qui convertit les pensées en œuvres artistiques.

Mais le toucher peut également être stimulateur créatif dans la mesure où un ressenti physique tel qu’une légère brise d’été caressant la peau, un massage, deux mains qui se touchent ou l’air qui circule dans nos poumons, peut autant encourager l’esprit à imaginer que le ferait le sens de la vue.

Ainsi, par le toucher, on ancre physiquement notre présence dans une réalité ce qui nous permet de fabriquer ce que nous avons en tête tout en s’inspirant des ressentis qui nous entourent.


L’Odorat : Lâcher prise


Bien souvent négligé par rapport à ses semblables, au niveau de la sollicitation et de l’importance qu’on lui attribue, ce sens n’en demeure pas moins un vecteur de créativité efficace. En plus de faire intervenir la mémoire et les souvenirs / émotions qui y sont associés, de pouvoir dessiner un sentiment de bien-être ou de sécurité, l’odorat permet de stimuler l’imagination.


Les odeurs ont la capacité d’atteindre notre système limbique qui, lui-même, influence de nombreuses parties de notre organisme. Notre niveau de motivation, notre résistance à l’effort et notre régulation du stress peuvent être directement affectés par les odeurs qui sollicitent notre système olfactif. Ce processus peut être assimilé à la notion de lâcher prise. En effet, le cerveau, quelque part libéré des barrières logiques, permet de laisser libre court à la distraction et aux émotions, et permet aux idées enfouies de fourmiller à leur convenance, favorisant la créativité.

Quel créatif n'êtes-vous pas ?

En dehors d’handicap particulier, nous sommes tous munis de ces cinq sens. Notre cerveau articule ces capteurs inconsciemment et consciemment qui nous permettent alors de nourrir, de stimuler et de mettre en application notre créativité. Vous avez sûrement dû vous reconnaître parmi les exemples cités un peu plus haut et c’est le but de ces lignes : vous faire prendre conscience d’un potentiel que vous pensiez, peut-être jusqu’alors, destiné à d’autres. Tous les jours, vous êtes stimulés. Vous enregistrez des milliers de sensations dans votre mémoire. Tous les jours vous créez. Il suffit que vous laissiez votre esprit vagabonder quelques secondes pour que des souvenirs ressurgissent ou des situations futures s’improvisent dans votre esprit. Le potentiel, tout le monde l’a. Les gens décident seulement s’ils veulent mettre l’accent dessus, et ainsi s’engouffrer au sein de cette incertitude créative avec plus de volonté ou d’ambition.


Vous formez des images dans votre tête, des reconstitutions ou des transformations d’images déjà perçues par le sens qu’est la vue. Et il suffit de se concentrer d’un peu plus près sur les univers formés au cours de vos rêves pour observer l’étendue créative qui est à votre disposition. Nous vous racontons une histoire avec des personnes que vous n’avez jamais vues. Vous imaginez physiquement ces personnes : vous créez et cela même si cette imagination comprend une grande part d’imprécision.


Grâce à l’ouïe, vous imaginez des airs mélodieux à partir de musiques existantes, des cris nouveaux à partir de ceux d’animaux et puis surtout vous communiquez avec d’autres individus. Vous constituez des phrases tous les jours lorsque vous plaisantez avec des amis ou lorsque vous participez à une réunion professionnelle.


Le goût vous pousse à vous projeter pour vous satisfaire ou satisfaire des convives en vous basant sur leurs propres préférences. L’odorat vous réinjecte des souvenirs, vous téléporte dans des lieux, dans des situations, dans des cuisines où une odeur vous rappelle un goût particulier. Et puis le toucher vous ancre ici et maintenant, vous permet de créer physiquement, de matérialiser vos pensées et d’absorber des ressentis.


Tous ces sens s’interconnectent, se renvoient entre eux, la plupart du temps automatiquement. Ces capteurs sont d’une puissance créative non négligeable et prendre conscience que l’on a cela en nous, c’est déjà faire un pas vers la créativité. Ne devenez pas créatif parce qu’un jour on vous a dit que deviez avoir de l’imagination après avoir effectué une blague insolite. Devenez créatif car vous le pouvez. Car tout le monde a cette imagination et que le reste, comme toute discipline, c’est du travail, de la volonté voire de l’abnégation.


Enfin, si vous lisez cet article, c’est que quelque chose vous a poussé à vous intéresser d’un peu plus près à la créativité. Peut-être que vous hésitez, peut-être que vous vous dîtes que cela fait plusieurs années que vous voulez créer, réaliser un rêve d’enfant ou une passion enfouie depuis maintenant bien trop longtemps. Le chant, la danse, le théâtre, la peinture, vous vous dîtes que ce sont des disciplines auxquelles on est habituellement initié jeune et que c’est désormais trop tard pour pleinement s’épanouir dedans.

En cela, ces lignes ne vous ont pas fait découvrir l’existence d’un potentiel que vous savez présent au fond de vous, sinon, pourquoi seriez-vous là ? Cet article a donc pour vocation de vous confirmer le bien-fondé de ces ambitions et surtout que ce n’est pas trop tard. Il a pour but de vous pousser fort vers l’avant, de vous faire effectuer le grand saut qui s’appelle « j’essaie », sachant que le reste ne sera, dans le pire des cas, ni regret ni remord, mais bel et bien des expériences et des souvenirs inestimables.

Vanïya Events 2020      CGU-CGV      Tous droits réservés 
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now